Voici qu'arrive la période de l'année que je déteste le plus. Celle des repas de famille, de la joie surjouée, de la fête obligée.
Et pourtant mes proches ne sont pas si terribles

je connais des oments d'énervement, des moments où je me dis que moi aussi je file vers le burn-out.
se lever plus tôt parce que le trvail me stresse, ne pas arriver à m'endormir parce que le travail me stresse
et pourtant je ne sauve aucune vie chaque jour, je suis remplaçable, je tente simplement de bien faiure mon job

les amours ? aucune
je ne crois pas que je pourrai aimer de nouveau. j'ai beau croiser sur des sites des mecs aux profils intéressants, je suis nul en pêche à la ligne

je vois du sirop de pêche, bien sucré
je fume aussi, des cigarettes toujours

ma collaboratirce m'a dit aujourd'hui d'arrêter de faire le mec efféminé, ça la saoûle
ça m'a blessé. pas profondément mais ça m'a blessé.

cette vie où il faut faire semblant sans se cacher pour autant de ressembler à la masse me tue (en fait non pas vraiment puisque je vous écris hu hu hu)

je ne suis pas désespéré, juste fatigué. je n'arrive plus à me convaincre de l'utilité d'appeler mes ami(e)s et ils ou elles me le rendent bien. chacun pour soi, chacun chez soi, parce que l'Autre vous dérange

Mr 3
à quoi bon même à l'arrivée de l'hiver ?